Du 2 décembre 2010 au 26 avril 2011, Exposition The Last FrontiersArt Gallery of Nova Scotia à Halifax, Canada /curator : Sarah Fillmore.
Support du Consulat de France dans les régions Atlantiques, Moncton.

Installation vidéo interactive.
Conception : Isabelle Dehay
musique de Jean « Popof » Chevalier
programmeurs informatique : Yoan Trellu, Isabelle Dehay.
 
Un regard posé sur le paysage, au fil des déplacements et des saisons.

L’installation vidéo Echos Système permet de se déplacer dans différents lieux comme s’il s’agissait de pénétrer la structure moléculaire des paysages et celle de leurs habitants.
Le regard de la caméra s’affirme par une écriture épidermique du paysage. Dans une sensation d’éclosion, le paysage éprouve la texture de l’image et du signal vidéo. Au fil des déplacements et des saisons, il oscille entre mouvement et mutation.

Le film s’envisage par un programme interactif permettant au spectateur de naviguer à travers les combinaisons multiples d’un "scénario de circulation" sans cesse densifié. En effleurant le trackpad, le spectateur lance aléatoirement une transition le conduisant d’une boucle vidéo à une autre. Par la magie du montage, il crée sa propre géographie, indépendamment de l’espace physique et de la temporalité des saisons.

Entre réel et virtuel, la cartographie de notre paysage contemporain nous situe toujours entre perte et gain... à la recherche d’une fin possible pour le projet d’un film sans fin.

Projet realisé avec le soutien de Mire, association de  cinéma experimental, et du Conseil Général de Loire Atlantique (France).

 

Isabelle Dehay’s video installation offers the possibility of navigating through different natural spaces almost as if the viewer was able to decode the microscopic molecular structure of nature itself.
The camera seems to capture an almost emotional sense of the landscape in Echos Système. The texture of image and sound blossom and explode the screen. Vacillating between movement and mutation, the image traces the seasons.

The video is presented through an interactive program, which allows the viewer to navigate multiple, undefined possible scenarios. By touching the trackpad, the viewer prompts a transition towards a new video sequence. Through the magic of editing, the viewer creates his own geography, independent of physical space, time and season.

Mapping our contemporary landscape places us somewhere between the real and the virtual, searching between loss and gain for an end to a film that is, ultimately, never-ending.

Support from Mire, association de  cinéma experimental, and Conseil Général de Loire Atlantique (France).